Ciné 220 - Brétigny-sur-Orge

Festival des tout petits : Bébés

 

Date : Mardi 29 mars à 20h30

Thème : Festival des tout-petits

Film : BEBES de Thomas Balmès

Intervenant(s) : Catherine Maillet-Eliard, psychomotricienne de la pouponnière de Brétigny et Céline Laroche, intervenante à l’association française de portage des bébés (AFPB).

Divers : Inauguration, ouverture du Festival, buffet offert dans le hall du cinéma

 

Compte-rendu :

bebesLes premiers mois de la vie semblent très difficile Dans le film, les bébés tombent, se font mal, sont malmenés…
Etre petit c’est aussi souffrir beaucoup.
On voit des choses, des sentiments, des relations…assez universels.
On nous montre de très belles relations mère/bébé.
Dans les 4 situations, les familles semblent plutôt à l’aise avec leur culture.
Plaisir et temps pour s’occuper des enfants.

Emmaillotage : c’est quelque chose d’assez surprenant !
Il y a beaucoup d’idées reçues sur l’emmaillotage et le portage. Des études montrent que les bébés ne sont pas « ficelés » et qu’ils se développent très bien. Il n’y a pas de traumatisme !
C’est par ailleurs souvent les conditions de vie des familles qui impliquaient les modes de portage ou d’emmaillotage.

Le film est très riche, très esthétique aussi, et on peut le voir sous beaucoup d’aspects :
- Thème de la culture
- Thème de la relation parents/enfants
- Thème du rôle des objets dans l’environnement …

Capacité de l’enfant à ressentir.
Le fœtus n’a pas de mère, il EST la mère : grande fusion, aucune différenciation. Or lorsqu’il sort, quand le bébé nait, 1+1 =2, ce qui demande des réaménagements psychique pour le bébé mais aussi pour les parents. Il faut repenser sa place, son rôle. Grande importance du rôle du père, qui porte lui aussi beaucoup le bébé. Ce changement est un sacré voyage, et un voyage compliqué qui demande au bébé de grandir en étant totalement immature et non autonome.
Le rôle de l’adulte est de pouvoir répondre à cette extrême dépendance.

3 grandes familles d’animaux :
- Les nidicoles. Ils sont très immatures (yeux pas encore ouverts…) et ont pour stratégie d’être à plusieurs dans le nid pour se tenir chaud mais avec une mère venant les nourrir, pas très souvent, et le plus discrètement possible pour ne pas se faire repérée.
- Les nidifuges (chevaux, agneaux, vaches…). A la naissance, le bébé est la copie conforme de l’adulte, il se met debout très vite mais reste auprès de sa mère et est nourrit à volonté !
- Les portés (actifs : primates, singes… passifs : kangourous…)

Les humains sont entres ces 2 dernières familles puisqu’ils ont des reflexes ancestraux de portés actifs.
Le bébé humain nait immature et va poursuivre son développement auprès de sa maman. Ses besoins sont très intenses pendant 9 à 12 mois. Le portage répond à ces besoins.
Les bébés sont portés depuis toujours et partout.

2 grandes familles de portage :
- Portage dans des paniers, emmailloté. Il n’y a alors pas beaucoup de contacts.
- Portage avec plus de proximité, dans un bout de tissus par exemple.

Il y a peu de portage sur le devant mais davantage sur le coté et dans le dos en fonction du mode de vie des populations ou de l’activité du bébé. Le portage sur le dos est préféré lors des périodes de sommeil par exemple.
Le portage sur le coté permet une très bonne distance entre la mère et le bébé. C’est une position où on est très enclin à communiquer, à échanger, entre autre par le regard. C’est la meilleure position de portage pour établir une relation.
Le meilleur outil de portage reste les mains et les bras.

Mais le portage n’est pas une solution à tout ! Dans le film, les bébés ne sont pas forcément souvent portés mais sont en sécurité affective. Ce lien affectif très présent ici est extrêmement important.
Le développement psychomoteur des enfants est totalement dépendant des parents et de leur comportement.

Dans le portage, il faut préserver l’arrondit du dos pour préserver les vertèbres du bébé car sa musculature est insuffisante.
L’axe du corps est mou jusqu’à 3 mois.
Tonus : état de tension qui a à voir avec le corps et le psychisme.
Le poids de l’apesanteur va écraser le corps. On lutte contre grâce à notre tonus. Les bébés aménagent leur tonus jusqu’à la marche victorieuse et la position verticale.

Les bébés communiquent avec leur corps. Ils travaillent pour faire du lien dans l’intérieur de leur corps. Les angoisses présentes sont calmées par la relation et la sécurité affective.

Le cerveau d’un bébé se construit tous les jours. Un bébé a environ ¼ de cerveau formé à la naissance, ¾ vers 3-4 ans.