Ciné 220 - Brétigny-sur-Orge

La forêt interdite

Date : Jeudi 13 octobre à 20h30

Thème : Cycle environnement

Film : LA FORET INTERDITE de Kevin W. Matthews

Intervenant(s) :  Jonathan Flandin, chargé de mission en écologie urbaine à l'association Natureparif et Mme Vautrin, ingénieur forestier qui a travaillé à l'ONF et qui travaille au ministère de l'agriculture en lien avec la biodiversité.

Divers :  En partenariat avec Ademub

Compte-rendu :

2 sujets à aborder dans le cadre de cette soirée débat :

La biodiversité au quotidien dans nos villes et la déforestation.

Déforestation :

Film sur l'exploitation forestière avec la question de la coupe à blanc.

Au Canada, les systèmes de gestion des forets sont calculés par rapport à la production de la foret. Tout est calculé pour alimenter l'industrie.

Dans le film, il est question de « terre de la couronne ». A qui sont ces terres ? à l'Etat ? aux gens ?

Concession forestière.

La gestion différenciée c'est avoir des pratiques différentes en fonction des espaces.

31% de la surface de la terre est du bois.

Au Brésil, plus de 2 millions d'hectares de forets disparaissent tous les ans.

Les gouvernements ont laissé les plus pauvres faire de grandes déforestations. Ainsi ils ne sont pas dans les villes et ne se révoltent pas.

Grand défrichage le long des routes.

Le Brésil commence à prendre la mesure des choses. Début de la lutte contre le défrichage sauvage et illégal. Il y a quelques progrès mais grande corruption.

Foret primaire :

Il en reste très peu. C'est une foret jamais cultivée par l'homme. On parle maintenant de foret ancienne.

Faut-il exploiter les forets ?

C'est un choix de société.

Pourrait-on se passer de l'exploitation ?

On fait produire à une foret ce qu'elle peut produire, pas plus.

Une politique forestière est une politique sur le long terme.

La question de la déforestation n'est pas finie, il y a encore beaucoup de travail. La cause est surtout l'agriculture et la pauvreté.

Biodiversité dans nos villes :

Biodiversité en ville : ça sert à quoi ?

Elle est là et était installé depuis longtemps.

Contraintes fortes pour la biodiversité dans les villes.

On observe en ville de la biodiversité ordinaire mais c'est déjà beaucoup !

La nature nous offre un tas de choses et sa présence en ville permet d'améliorer nos espaces de vie.

La nature c'est du spontané, du mélange...

Même un arbre mort en ville a un intérêt pour la nature. Il peut néanmoins être un risque pour les passants.

Toit végétalisé : peu d'intérêt pour la biodiversité.

C'est du sedum (plante grasse très résistante). Il faudrait au moins 30 cm de substrat pour avoir de la biodiversité efficace.

Le problème c'est qu'il faut avoir les structures adéquates capables d'accueillir ce genre de toiture.