Ciné 220 - Brétigny-sur-Orge

Tous au Larzac

Date : Jeudi 15 décembre à 20h

Thème : Cycle environnement

Film : TOUS AU LARZAC de Christian Rouaud

Intervenant(s) :  Christian Roqueirol. Arrivé sur le Larzac en 1975, il a été un acteur du Larzac et est toujours éleveur sur le plateau. Il apparait dans le film et est actuellement co-porte-parole de la confédération paysanne et faisait partie des interpellés sur l'affaire du démontage du Mac Donald de Millau.

Compte-rendu :

Le Film :

Parcours assez atypique pour un film documentaire comme celui-ci avec une sélection au festival de Cannes, de très bonnes critiques...

C'est un bon film de cinéma !

Il y a eu un gros travail en amont pendant près d'un an avec par exemple le repérage des gens, des lieux, des fermes... Il y a eu beaucoup d'heures d'interviews et de tournage puis un travail de montage très important.

Le Larzac et l'agriculture :

" En 10 ans, on a perdu en France 25% de la population agricole. On perd aussi beaucoup de terres avec un tas de projets d'urbanisation. On va vite manquer de terres pour nourrir la population ".

Le Larzac est une des régions agricole les plus vivantes de France

10 000 hectares de fonciers sont gérés dans le Larzac.

Dans le Larzac il s'agit essentiellement d'élevage de brebis (pour la fabrication du roquefort) mais on trouve également maintenant des vaches et des cochons.

Il y a beaucoup d'agriculteurs bio ou utilisant très peu d'intrants. On utilise beaucoup le fumier naturel qui existe sur les fermes.

Beaucoup d'élevage hors sol.

Tout cela est un choix économique mais également idéologique.

Une agriculture saine est une agriculture autonome et non polluante.

On fait beaucoup de ventes directes.

L'utilisation des antibiotiques pour les animaux n'est pas systématique et les troupeaux sont suivis à l'année par des vétérinaires. On fait donc de la prévention.

Quel est l'avenir de l'agriculture ?

Problème des prix, des subventions...

En ce moment, rediscussion autour de la PAC avec une réflexion sur la distribution des aides. « On souhaite mettre en avant les petites fermes et favoriser les fermes à échelle humaine. On défend des prix justes. Sur ma ferme par exemple, je touche plus de subventions que de recettes de la vente de mes produits. Si je vendais au prix normal c'est-à-dire à un prix qui couvrirait mes charges, mon travail... personne n'achèterait car je serais trop cher ! Il y a beaucoup trop de concurrence étrangère ».

Actuellement ne sont subventionnés que les éleveurs et les céréaliers.

« Il faut aussi arrêter de produire de la nourriture qui rend malade ! Nous ne sommes pas d'accord avec une agriculture dual, à 2 vitesses avec d'un coté une grande industrialisation et de l'autre des petites productions de terroir. On veut inventer une nouvelle forme d'agriculture ».

Paysan, agriculteur // exploitant agricole.

Ces 2 premiers termes sont de belles dénominations pour un métier contrairement au terme d'exploitant. On n'exploite pas la terre on la soigne !

Localement à Brétigny, question de la transformation d'hectares de la base aérienne en terres agricoles. Gestion de terres qui appartenaient à des militaires.

Problème de l'extension de la zone du plateau de Saclay avec la création d'un pole de grandes écoles qui diminuerait la zone agricole. Une enquête d'utilité publique devrait avoir lieu début 2012.

Problème de la gestion dans le temps des terres. Il faudrait qu'une loi préserve des terres agricoles.

Il faudrait que chaque pays soit souverain avec son alimentation. La France n'est pas du tout autonome dans son agriculture. On importe beaucoup.

Les PLU changent trop souvent et l'urbanisation grandit très vite.