Ciné 220 - Brétigny-sur-Orge

Ciné-Débat - Carré 35

Jeudi 14 décembre à 20h30
Débat avec Omaïra Mesguer, psychanalyste membre de l’Ecole de la CAUSE FREUDIENNE.

 

 

 

CARRE 35  
"Carré 35 est un lieu qui n’a jamais été nommé dans ma famille ; c’est là qu’est enterrée ma sœur aînée, morte à l’âge de trois ans. Cette sœur dont on ne m’a rien dit ou presque, et dont mes parents n’avaient curieusement gardé aucune photographie. C’est pour combler cette absence d’image que j’ai entrepris ce film. Croyant simplement dérouler le fil d’une vie oubliée, j’ai ouvert une porte dérobée sur un vécu que j’ignorais, sur cette mémoire inconsciente qui est en chacun de nous et qui fait ce que nous sommes."
D’Eric Caravaca
France – Documentaire – 1h07 – 2017
Le comédien Éric Caravaca, déjà auteur du film de fiction « Le passager », repasse derrière la caméra et signe ici un bouleversant documentaire. Le réalisateur livre un film à la première personne, remonte le passé et les souvenirs enfouis auprès de ses proches et de ses parents.
Pour reconstituer cette histoire cachée, Caravaca s’est plongé dans des archives familiales ou d’état civil, a recoupé des informations, tenté de retrouver des témoins et surtout briser le silence qui entourait ce drame (qui inconsciemment faisait partie de lui, mais qu’il n’a découvert qu’à l’âge adulte) et libérer la parole de ses parents (poignant témoignage de sa mère). Ainsi, et malgré son caractère intime, ce film prend des allures de polar et d’enquête. La force de ce récit est aussi d’entremêler la petite et la Grande Histoire (avec des images familiales tournées en super-8 et des images d’archives) et l’évocation en parallèle de la colonisation française au Maghreb (les parents du réalisateur ont grandi au Maroc). Cette bouleversante autopsie d’une névrose familiale réussit à réconcilier le présent avec le passé.
Pour autant et malgré le caractère tragique du drame familial, vécu comme un tabou, le film ne sombre jamais dans le pathos ou le larmoyant et se teinte au contraire d’une grande dignité et pudeur. Cette confession intime qui se transforme en quête d’identité prend aussi des accents universels.
L’histoire sensible et bouleversante d’un secret qui fait œuvre de mémoire individuelle et collective.

 

 


picto calendrier 200Les autres événements du mois :