Ciné 220 - Brétigny-sur-Orge

Neuilly sa mère, sa mère

En 2008, Sami Benboudaoud découvrait l’enfer de Neuilly-sur-seine !
Dix ans plus tard, alors que tout va pour le mieux pour Sami qui termine brillamment ses études de sciences politiques, plus rien ne va pour son cousin Charles de Chazelle. Depuis la défaite de son idole Sarkozy aux présidentielles, il a sombré dans une profonde dépression quand sa famille perd toute sa fortune et doit quitter Neuilly. Rejetés de tous, les Chazelle trouvent refuge chez Sami, cité Picasso, à Nanterre !
Dès lors, pour Sami et les habitants de sa cité, la vie ne sera plus jamais un long fleuve tranquille.
De Gabriel Julien-Laferrière, avec Samy Seghir, Jérémy Denisty, Denis Podalydès…
France – Comédie – 2010

Dix ans après Neuilly sa mère, Sami, Charles et toute la joyeuse bande reviennent dans cette suite de la comédie devenue culte, portée par les deux jeunes comédiens Samy Seghir et Jérémy Denisty, qui ont bien grandi ! Réalisé par Gabriel Julien-Laferrière (C'est quoi cette famille ?) et écrit par Marc et Philippe de Chauveron (Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ?), ce retour joue de nouveau sur les antagonisme. Mais cette fois-ci, ce sera à la famille de Neuilly de découvrir les us et coutumes de la banlieue populaire… pour mieux la conquérir ?

Une comédie dynamique et truffée de clins d’œil.

neuilly sa mere sa mere 22 8 8 

 

 

Lire la suite

À genoux les gars

En l'absence de sa sœur Rim, que faisait Yasmina dans un parking avec Salim et Majid, leurs petits copains ? Si Rim ne sait rien, c'est parce que Yasmina fait tout pour qu'elle ne l'apprenne pas. Quoi donc ? L’inavouable… le pire… la honte XXL, le tout immortalisé par Salim dans une vidéo potentiellement très volatile.
De Antoine Desrosières, avec Souad Arsane, Inas Chanti, Sidi Mejai…
France – Comédie – 1h38 – 2018
Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement
Un Certain Regard, Festival de Cannes 2018
Sous titrage malentendant (sur demande à la caisse du cinéma).
Ici, le mauvais goût est assumé, et l'humour est une arme de dissuasion massive : le réalisateur d'"A la belle étoile" et de "Banqueroute", qui réconcilierait Doillon et Kechiche, se moque bien d'être inélégant, il ne craint pas d'en rajouter, de jongler avec les clichés, de provoquer de la gêne, pourvu que passe, in fine, l'idée que le féminisme et Me Too vaincront.
"À genoux les gars" est à ce point réussi parce qu'il est totalement sidérant.

 a genoux les gars 11 7

 

Lire la suite

Ant-Man et la Guêpe

Après les événements survenus dans Captain America : Civil War, Scott Lang a bien du mal à concilier sa vie de super-héros et ses responsabilités de père. Mais ses réflexions sur les conséquences de ses choix tournent court lorsque Hope van Dyne et le Dr Hank Pym lui confient une nouvelle mission urgente… Scott va devoir renfiler son costume et apprendre à se battre aux côtés de La Guêpe afin de faire la lumière sur des secrets enfouis de longue date…
De Peyton Reed, avec Paul Rudd, Evangeline Lilly, Michael Douglas…
USA – Action – 1h50 – 2018 – VOSTF/VF 
Quelques mois après le fulgurant succès d’Avengers : Infinity war, Marvel s’offre une pause ludique avec cette suite efficace et divertissante qui reprend à merveille les principes du premier opus en ajoutant une touche plus spectaculaire.
Un blockbuster léger et rafraîchissant ! 

 

antman 25 7 

 

Lire la suite

L'Envol de Ploé

L’hiver islandais approche. Pour les pluviers, le temps de la migration vers le sud a sonné. Mais PLOÉ ne sait toujours pas voler et se retrouve seul. Il décide alors de traverser « la terre de glace », espérant pouvoir atteindre une vallée préservée des affres du froid : Paradise Valley. Au cours de son périple, il fait la connaissance de GIRON, un majestueux oiseau blanc dont les ailes ont été jadis abimées par SHADOW, un terrible prédateur. Les deux compagnons vont alors rivaliser d’audace et d’amitié pour surmonter les dangers de l’hiver arctique afin que PLOÉ, enfin, prenne son envol.
De Arni Asgeirsson
Belgique, Islande – Animation – 2018 – VF
Dès 4 ans
Dans un récit mettant en avant des sentiments nobles et purs comme la bienveillance, l’entraide ou le courage, les petits spectateurs pourront facilement s’identifier et partager les émotions du jeune héros qui découvre l’amour, ou se retrouve confronté à différents dangers, comme des prédateurs.
Le film trouve aussi un équilibre entre action (avec des scènes haletantes de poursuites dans les airs ou des vols d’oiseaux migrateurs qui font penser à des escadrons d’avions) et humour (avec notamment un groupe d’oiseaux toujours inséparables qui font des commentaires sur tout). Accompagné par une musique d’une belle ampleur symphonique, on découvre par ailleurs au fil de l’histoire les paysages grandioses et les montagnes enneigées d’Islande.
Une histoire initiatique au caractère universel qui saura toucher les plus petits.

l envol 18 7 

 

 

Lire la suite

3 jours à Quiberon

1981. Pour une interview exceptionnelle et inédite sur l'ensemble de sa carrière, Romy Schneider accepte de passer quelques jours avec le photographe Robert Lebeck et le journaliste Michael Jürgs, du magazine allemand "Stern" pendant sa cure à Quiberon. Cette rencontre va se révéler éprouvante pour la comédienne qui se livre sur ses souffrances de mère et d'actrice, mais trouve aussi dans sa relation affectueuse avec Lebeck une forme d'espoir et d'apaisement.
De Emily Atef, avec Marie Bäumer, Birgit Minichmayr, Charly Hübner…
Allemagne – Drame – 1h55 – 2018 – VOSTF
La réalisatrice germano-franco-iranienne Emily Atef (L’étranger et moi, Tue-moi) brosse le portrait profondément humain d’une actrice mythique, cabossée, esseulée et désespérée d’avoir délaissé ses enfants au profit de sa carrière.
Ce film réussit à éviter l’écueil du mélodramatique et du biopic, offrant plus une évocation de la grande actrice autrichienne, faisant ainsi la lumière entre la personne et le mythe. Il dessine un portrait sans filtre d’une femme à nu, sans maquillage, absolument pure dans sa détresse, prise entre ses démons intérieurs et son envie de vivre. La réalisatrice réussit à bien saisir la complexité et la dualité de Romy Schneider, ce mélange de grâce et de pulsions autodestructrices, de force et de fragilité qui ont nourri tous les personnages qu’elle a incarnés.
Cette histoire a aussi une résonnance très moderne dans le désir de cette comédienne qui est avant tout une femme qui cherche à concilier sa vie privée, son rôle de mère et son travail. Et surtout ce film, certes hanté par la figure légendaire de la comédienne disparue, réussit à prendre aussi une dimension universelle.
La comédienne Marie Bäumer prend les traits de la grande Romy mais ne verse jamais dans l’imitation, traduisant en revanche de façon troublante sa gestuelle, sa façon de sourire ou de rire ou de capter la lumière dans une performance finalement étonnamment sobre, délicate et tout en finesse.
Intime, crépusculaire, tragique et lumineux, un beau portrait de femme et de comédienne.

3 jours 18 7

 

Lire la suite