Ciné 220 - Brétigny-sur-Orge

I Am Not a Witch

Shula, 9 ans, est accusée de sorcellerie par les habitants de son village et envoyée dans un camp de sorcières. Entourée de femmes bienveillantes, condamnées comme elle par la superstition des hommes, la fillette se croit frappée d’un sortilège : si elle s’enfuit, elle sera maudite et se transformera en chèvre... Mais la petite Shula préfèrera-t-elle vivre prisonnière comme une sorcière ou libre comme une chèvre ?
De Rungano Nyoni, avec Maggie Mulubwa, Henry B.J. Phiri, Travers Merrill
Grande-Bretagne – Drame – 1h34 – 2017 – VOSTF
La jeune réalisatrice Rungano Nyoni (zambienne de naissance et galloise d'adoption) évoque avec un talent fou, mariant émotion et burlesque pince-sans-rire, l'absurdité des pratiques de ses concitoyens. Aussi ridicule que la croyance dans la sorcellerie de Shula, Rungano Nyoni pointe du doigt la duplicité des puissants, à travers un personnage pathétique et odieux de fonctionnaire qui monnaie la gamine, exhibée sur des plateaux télé où l'homme prétend lui faire vendre des œufs magiques. Ce personnage stigmatise à lui tout seul les maux du pays : le rapport étrange au pouvoir coutumier, alors même que le fonctionnaire représente l'Etat, l'obsession matérialiste incarnée par sa femme qui affectionne le luxe et les perruques blondes. Mais la réalisatrice brille aussi par l'invention de sa mise en scène, avec notamment ces très beaux plans des femmes attachées à leur ruban interminable, reliées vers le ciel à leur bobine. Et l'on voit aussi la belle et grande solidarité des femmes enfermées, unies par leur mise à l'écart de la communauté des hommes.
Il est amusant de savoir qu'une des principales influences du film est la fable de la chèvre de Monsieur Seguin, ce pauvre animal qui voulait briser son licol… L'autre influence revendiquée par la réalisatrice est Michael Haneke, et on pense en effet au Ruban blanc, l'un de ses plus grands films. On notera aussi l'utilisation inattendue de la musique jazz et classique, qui rend plusieurs scènes fascinantes. Et on ne peut pas conclure sans souligner la performance incroyable de la petite Margaret Mulubwa, repérée par hasard et grâce à son visage étrange dans la campagne profonde, très loin de la capitale, qui incarne avec une force extraordinaire cette gamine passant de l'apathie à la plus courageuse détermination.