Ciné 220 - Brétigny-sur-Orge

Comme des rois

Joseph ne parvient pas à joindre les deux bouts. Sa petite entreprise d’escroquerie au porte-à-porte, dans laquelle il a embarqué son fils Micka, est sous pression depuis que le propriétaire de l’appartement où vit toute sa famille a choisi la manière forte pour récupérer les loyers en retard. Joseph a plus que jamais besoin de son fils, mais Micka rêve en secret d’une autre vie. Loin des arnaques, loin de son père...
De Xabi Molia, avec Kad Merad, Kacey Mottet Klein, Sylvie Testud…
France – Comédie dramatique – 1h24 – 2018
Dans ses précédents films (après plusieurs courts métrages, et les longs « Huit fois debout » et « Les conquérants »), le réalisateur Xabi Molia, par ailleurs aussi écrivain, s’est souvent attaché à des personnages d’antihéros ou de losers magnifiques.
Avec ce troisième long métrage, dont il co-signe aussi l’écriture, il renoue avec cette veine en suivant deux personnages dans une traversée de la France aux paysages très différents : cités, quartiers pavillonnaires, zones industrielles, jardins ouvriers, cultivant ainsi une diversité d’espaces et de paysages.
Si le film cultive résolument son ancrage social (parlant ainsi des réalités de la France, de la précarité pour certains et de la dureté des réalités économiques pour les classes populaires) en développant une atmosphère parfois sombre, il se teinte aussi d’une forme d’humour, à l’instar du cinéma britannique qui parvient à mélanger les genres. Et ce réalisme social n’empêche pas le film de bifurquer parfois vers une tonalité plus légère. Ainsi, ce film à la fois sombre et âpre est aussi traversé de plages lumineuses ou romanesques.
Avec finesse et pudeur, le réalisateur explore les délicates relations père/fils en offrant un beau rôle à Kad Merad, figure d’un artisan de l’arnaque (lui permettant de s’éloigner ainsi de son registre habituel de comédie et d’affirmer une palette de jeu plus riche), face au jeune et convaincant Kevin Mottet-Klein (découvert dans « L’enfant d’en haut », « Keeper », ou chez Téchiné) qui incarne avec grande justesse cet entre-deux entre l’enfance et le monde adulte, aux côtés également de Sylvie Testud.
L’enjeu de cette histoire réside dans le désir d’émancipation et de libération de ce fils (et ses aspirations de comédien) face à un père aimant mais toxique et du regard d’un père sur son fils qui doit changer pour accepter qu’il puisse vivre sa propre vie, mais aussi que leur relation puisse se construire autrement.
Entre drame et comédie, une chronique sociale, humaine et familiale dans la France d’aujourd’hui.

 comme des rois 23 5