Ciné 220 - Brétigny-sur-Orge

Avant-Première - Mauvaises herbes

Vendredi 21 septembre 2018 à partir de 19h30 
Ouverture de la saison culturelle cinéma
19h30 : accueil autour d'un verre
20h/20h15 : présentation de la saison cinéma
20h30 : projection du film MAUVAISES HERBES en avant-première.
Cette soirée du 21 sera l'occasion de présenter dans les grandes lignes les actions menées par le Ciné220, d'inaugurer la fresque réalisée cet été par un graffeur et les jeunes du service jeunesse sur le mur de l'allée du cinéma et de discuter autour d'un verre.

  

MAUVAISES HERBES
Waël, un ancien enfant des rues, vit en banlieue parisienne de petites arnaques qu’il commet avec Monique, une femme à la retraite qui tient visiblement beaucoup à lui.
Sa vie prend un tournant le jour où un ami de cette dernière, Victor, lui offre, sur insistance de Monique, un petit job bénévole dans son centre d’enfants exclus du système scolaire.
Waël se retrouve peu à peu responsable d’un groupe de six adolescents expulsés pour absentéisme, insolence ou encore port d’arme.
De cette rencontre explosive entre « mauvaises herbes » va naître un véritable miracle.
De Kheiron, avec Kheiron, Catherine Deneuve, André Dussolier...
France – Comédie dramatique – 1h48 – 2018

   

picto calendrier 200LES AUTRES ÉVÉNEMENTS DU MOIS :

 

Lire la suite

Avant-Première - Dilili à Paris

Dimanche 23 septembre 2018 à 15h 
Avant-Première Jeune Public !

 

 

 

 

DILILI A PARIS
Dans le Paris de la Belle Epoque, en compagnie d'un jeune livreur en triporteur, la petite kanake Dilili mène une enquête sur des enlèvements mystérieux de fillettes. Elle va d'aventure en aventure à travers la ville prestigieuse, rencontrant des hommes et des femmes extraordinaires, qui l'aident, et des méchants, qui sévissent dans l'ombre. Les deux amis feront triompher la lumière, la liberté et la joie de vivre ensemble.
De Michel Ocelot
France – Animation – 1h35 – 2018
Dès 6 ans
Michel Ocelot a choisi de ne pas dessiner Paris, estimant qu’il ne pouvait, avec son crayon, la faire plus belle qu’au naturel. Il l’a donc longuement photographiée dans tous ses atours, des plus touristiques et célèbres aux plus insolites et discrets, et a, ensuite, retravaillé ces vues, effaçant au passage tout indice de modernité, pour remonter le temps. Le résultat est stupéfiant. Véritable fétichiste du beau, il a aussi réinventé certains intérieurs, comme le salon de Sarah Bernhardt, en piochant du mobilier dans des musées…
Côté « policier », le cinéaste fait son Gaston Leroux, avec portes dérobées, passages dans les égouts, et même un bateau en forme de cygne, emprunté, lui, à Louis II de Bavière, qui vogue sous l’opéra. Si Marie Curie et Emma Calvé (deux figures féminines, la scientifique et l’artiste, qu’Ocelot dessine avec énormément de respect) sont essentielles pour aider Dilili à confondre les odieux kidnappeurs de fillettes, elles sont loin d’être les seules figures historiques à apparaître. Marcel Proust, Toulouse-Lautrec, Picasso, Rodin, Erik Satie, Pasteur… ne serait-ce qu’un instant, tous les génies de 1900 participent à l’enquête ! Y compris le Prince de Galles (Edouard VII), en témoin bien utile, ou le pilote Santos-Dumont qui permettra une splendide échappée dans le ciel de Paris.
Tant de références (et de personnalités à reconnaître !) font de ce film d’animation un véritable objet culturel à partager entre les enfants et leurs parents qui devront se muer en doux professeurs. A chacune de ses rencontres, Dilili répète cette phrase toute simple, mais lumineuse, qui exprime sa reconnaissance de l’autre comme source d’enrichissement : « Je suis ravie de vous rencontrer ». Nous aussi, chère Dilili.

   

picto calendrier 200LES AUTRES ÉVÉNEMENTS DU MOIS :

 

Lire la suite

Avant-Première/Ciné-Débat - Capharnaüm

Vendredi 5 octobre 2018 à 20h30
Débat.
En partenariat avec le Collectif Palestine Nord-Essonne.

 

 

 

CAPHARNAUM  
À l’intérieur d’un tribunal, ZAIN, un garçon de 12 ans est présenté devant le JUGE.
LE JUGE : « Pourquoi attaquez-vous vos parents en justice ? »
ZAIN : « Pour m’avoir donné la vie. »
De Nadine Labaki, avec Zain Alrafeea, Nadine Labaki, Yordanos Shifera...
Liban, France – Drame – 2h03 – 2018 – VOSTF
Prix du jury, Festival de Cannes 2018
Ici, l'esthétique cinématographique se construit au petit malheur la malchance. « Capharnaüm » est une immersion dans l'esprit de survie, un constat du sans foi ni loi qui invite à vendre tout ce qu'on a sous la main, y compris la chair de sa chair.
Un enfant de 2 ans s'ajoute au casting, jeté dans la gueule ouverte de Beyrouth. Ramener ce film au misérabilisme, c'est se défausser de la douleur du monde.
.
Nous voilà imprégnés jusqu'à l'os de la vie des sans-rien. ll y a deux sortes de films : ceux qu'on oublie lentement et ceux qui creusent leur petit cratère.
Capharnaüm appartient aux seconds.

 

 

Un dimanche au ciné…avec un film culte ! - Borsalino

Dimanche 14 octobre 2018 à 17h15
Un dimanche au ciné… avec un film culte !

 

 

BORSALINO
Grandeur et décadence de François Capella et Roch Siffredi, deux truands du milieu, dans le Marseille des années folles.
De Jacques Deray, avec Jean-Paul Belmondo, Alain Delon, Andre Bollet…
France – Policier – 1h28 – 1970
Réunion des deux plus grandes stars de l'époque, Belmondo et Delon. Inutile de dire que toutes les précautions ont été prises. Au scénario, Claude Sautet, Jacques Deray, Jean-Claude Carrière et Jean Cau. A la réalisation, un metteur en scène parfois habile (La Piscine), mais, pour le coup, visiblement aux ordres. Il s'agit surtout de ne vexer personne : une scène pour Delon, une scène pour Belmondo. Un gros plan pour Alain, un gros plan pour Jean-Paul.
Malgré ce cahier des charges précis, Deray parvient à insuffler de la fantaisie dans ces aventures marseillaises de deux jeunes truands des années 20-30. (Delon y interprète un certain Roch Siffredi, qui inspirera le nom du roi du porno...). Le film fera un malheur, comme la musique entraînante de Claude Bolling.




 

 

Ciné-Débat - Sugarland

Jeudi 18 octobre 2018 à 20h
DEBAT avec Matilde Lambert, diététicienne nutritionniste
En partenariat avec les centres sociaux de Brétigny/Orge. 

 

 

 

SUGARLAND  

Le sucre est partout ! Toute notre industrie agroalimentaire en est dépendante. Comment cet aliment a pu s’infiltrer, souvent à notre insu, au cœur de notre culture et de nos régimes ? Damon Gameau se lance dans une expérience unique : tester les effets d’une alimentation haute en sucre sur un corps en bonne santé, en consommant uniquement de la nourriture considérée comme saine et équilibrée. A travers ce voyage ludique et informatif, Damon souligne des questions problématiques sur l’industrie du sucre et s’attaque à son omniprésence sur les étagères de nos supermarchés ! SUGARLAND changera à tout jamais votre regard sur votre alimentation.
De Damon Gameau
Australie – Documentaire – 1h30 – 2018 – VOSTF
À l’image du film "Super size me", le réalisateur de ce documentaire s’est lancé dans une expérimentation en décidant de n’ingurgiter que de la nourriture réputée saine, mais à forte teneur en sucre. Tout en restant ludique et pédagogique dans sa forme, le film fait un portrait à charge plutôt corrosif sur cette "drogue" qui se cache partout dans nos aliments.
Un documentaire édifiant qui dénonce l'excès de sucre dans nos assiettes.