Ciné 220 - Brétigny-sur-Orge

Le Collier rouge

Dans une petite ville, écrasée par la chaleur de l’été, en 1919, un héros de la guerre est retenu prisonnier au fond d’une caserne déserte. Devant la porte, son chien tout cabossé aboie jour et nuit. Non loin de là, dans la campagne, une jeune femme usée par le travail de la terre, trop instruite cependant pour être une simple paysanne, attend et espère. Le juge qui arrive pour démêler cette affaire est un aristocrate dont la guerre a fait vaciller les principes. Trois personnages et, au milieu d’eux, un chien, qui détient la clef du drame…
De Jean Becker, avec François Cluzet, Nicolas Duvauchelle, Sophie Verbeeck…
France – Drame - 1h23 – 2018
Sous titrage malentendant (sur demande à la caisse du cinéma)
Quatre ans après la comédie « Bon rétablissement ! », Jean Becker (« Les enfants du marais », « La tête en friche »…) adapte avec son auteur (et le concours de Jean-Loup Labadie) le roman éponyme de l’académicien Jean-Christophe Rufin (auteur du Prix Goncourt « Rouge Brésil ») et renoue ainsi avec la veine qui parcourt son cinéma : une histoire simple et pleine d’humanité, belle allégorie sur la loyauté et la fidélité sur fond de guerre.
Le réalisateur retrouve le comédien François Cluzet qu’il avait dirigé tout jeune dans « L’été meurtrier », dans le magnifique rôle d’un juge, dont la guerre a fait vaciller les principes, chargé d’une affaire complexe qui accuse un jeune soldat campé par Nicolas Devauchelle, tout en colère rentrée, s’insurgeant face au pouvoir militaire. Ce beau duo d’acteurs s’illustre dans un affrontement psychologique et verbal intense, parfois parcouru d’émotion ou de notes d’humour.
Ce film historique, qui croise la petite et la grande Histoire, réussit à retranscrire en images une France rurale marquée par une guerre effroyable grâce à une évocation fidèle de cette époque, avec un soin tout particulier apporté à cette reconstitution dans les décors et les costumes. Au-delà de cette dimension, le film - comme l’était le livre - est avant tout une histoire humaine qui s’attache principalement à la question de la fidélité et de l’amour.
Un drame rural, humain et historique, à hauteur d’hommes, porté par ses interprètes, qui dénonce la brutalité de la guerre.