Ciné 220 - Brétigny-sur-Orge

Vent du Nord

Nord de la France. L'usine d'Hervé est délocalisée. Il est le seul ouvrier à s'y résigner car il poursuit un autre destin : devenir pêcheur et transmettre cette passion à son fils. Banlieue de Tunis. L'usine est relocalisée. Foued, au chômage, pense y trouver le moyen de soigner sa mère, et surtout de séduire la fille qu'il aime. Les trajectoires de Hervé et Foued se ressemblent et se répondent.
De Walid Mattar, avec Philippe Rebbot, Mohamed Amine Hamzaoui…
France, Belgique, Tunisie – Drame – 1h30 – 2018
Ce premier film écrit et réalisé par un franco-tunisien s’inspire de l’expérience de son auteur qui a aussi vécu entre la banlieue ouvrière de Tunis et une petite ville côtière du nord de la France. Frappé par la ressemblance des modes de vies de ces deux lieux, malgré leur éloignement géographique, Walid Mattar a puisé dans ce rapprochement pour tisser cette fiction en croisant les destins de deux personnages ouvriers de deux générations différentes, l’un français et l’autre tunisien, qui partagent beaucoup malgré leurs différences. Ce récit confronte le spectateur aux méfaits de la mondialisation, avec les récurrents problèmes de délocalisation et les conséquences que cela induit, tant sur la sphère familiale que sur la vie sentimentale. Co-écrite avec les scénaristes tunisienne de « À peine j’ouvre les yeux » et française de « Petit paysan », cette histoire à hauteur d’hommes est interprétée avec sensibilité et justesse par des comédiens habitués aux seconds rôles : Corinne Masiero, Philippe Rebbot et le jeune Kacey Mottet Klein, révélé chez Téchiné (« Quand on a 17 ans ») qui dégagent une belle humanité, vitalité et tendresse.
Un film politique et profondément humain, très ancré dans l’actualité.