Ciné 220 - Brétigny-sur-Orge

La Vie scolaire

Une année au cœur de l'école de la république, de la vie... et de la démerde ! Samia, jeune CPE novice, débarque de son Ardèche natale dans un collège réputé difficile de la ville de Saint-Denis. Elle y découvre les problèmes récurrents de discipline, la réalité sociale pesant sur le quartier, mais aussi l'incroyable vitalité et l'humour, tant des élèves que de son équipe de surveillants. Parmi eux, il y a Moussa, le Grand du quartier et Dylan le chambreur. Samia s'adapte et prend bientôt plaisir à canaliser la fougue des plus perturbateurs. Sa situation personnelle compliquée la rapproche naturellement de Yanis, ado vif et intelligent, dont elle a flairé le potentiel. Même si Yanis semble renoncer à toute ambition en se cachant derrière son insolence, Samia va investir toute son énergie à le détourner d'un échec scolaire annoncé et tenter de l'amener à se projeter dans un avenir meilleur...
De Grand Corps Malade, Mehdi Idir, avec Zita Hanrot, Alban Ivanov, Liam Pierron…
France – Comédie dramatique – 1h50 - 2019
En s’attachant au quotidien d’un collège, le duo de réalisateurs de Patients, Grand Corps Malade et Mehdi Idir, transforment l’essai de leur première collaboration cinématographique.
Ils signent un film sincère (l’un des jeunes personnages s’inspire du parcours du co-réalisateur Mehdi Idir), drôle et incisif, sur un sujet souvent visité par le cinéma français mais sur lequel ils arrivent à apporter un regard plus singulier. S’ils nous donnent à partager des scènes de vies quotidiennes, entre famille, enseignants, élèves ou copains, l’originalité du film consiste à adopter le point de vue du personnage central d’une jeune CPE. Interprétée par Zita Hanrot, elle est filmée comme une héroïne des temps modernes, déterminée et convaincue, prête à tout pour aider ces jeunes élèves et surtout croire en eux. Elle est entourée d’une distribution chorale portée par la fraicheur et la spontanéité des jeunes interprètes qui insufflent une énergie communicative au film. Entre gravité et légèreté, ces portraits esquissent autant de destins et offrent une réflexion sensible et intelligente sur cette période charnière durant laquelle les adolescents se construisent.
Le film réussit à porter un regard différent, sans angélisme (avec des dialogues qui sonnent vrais), mais porteur d’espoir sur la banlieue, tout en égratignant le système éducatif, cherchant à bousculer les idées reçues et à éveiller les consciences.
Une comédie sociale et humaniste à hauteur d’adolescents et une évocation sensible et juste des années collège.

 

la vie scolaire 4 9