Ciné 220 - Brétigny-sur-Orge

Papicha

Alger, années 90. Nedjma, 18 ans, étudiante habitant la cité universitaire, rêve de devenir styliste. A la nuit tombée, elle se faufile à travers les mailles du grillage de la Cité avec ses meilleures amies pour rejoindre la boîte de nuit où elle vend ses créations aux " papichas ", jolies jeunes filles algéroises. La situation politique et sociale du pays ne cesse de se dégrader. Refusant cette fatalité, Nedjma décide de se battre pour sa liberté en organisant un défilé de mode, bravant ainsi tous les interdits.
De Mounia Meddour, avec Lyna Khoudri, Nadia Kaci, Yasin Houicha…
France, Algérie – Drame – 1h46 – 2019 – VOSTF
Révélé à Cannes et récompensé depuis au Festival d’Angoulême, ce premier long métrage de fiction évoque avec force et sensibilité la résistance, la lutte et l’émancipation de femmes contre l’oppression du régime algérien dans les années 90.
À travers ce portrait au féminin aux accents personnels, la réalisatrice (venue du documentaire) évoque le destin et la quête de liberté de ces jeunes femmes, premières victimes de la montée du fondamentalisme, qui, malgré les désillusions et les obstacles, malgré la mort qui rôde, refusent cette fatalité et ne renoncent pas. En signant la chronique cruelle d’un entêtement, Mounia Meddour réussit à restituer avec acuité et sensibilité le climat anxiogène de cette période. En brossant ce parcours d’émancipation et de résistance contre l’obscurantisme religieux aux accents universels et toujours d’actualité, la cinéaste signe un plaidoyer engagé.
Porté par la fouge combative, la rage de vivre et la détermination de sa jeune héroïne (formidablement interprétée) que la caméra suit au plus près, ce portrait de groupe de la jeunesse algérienne offre un bel hommage au courage et à la persévérance dans l’adversité pour surpasser un contexte politique et social violent et menaçant.
Prête à tout pour assouvir sa passion du stylisme (avec la belle idée scénaristique d’assimiler la mode à un acte de résistance et d’utiliser le tissu des hijabs comme arme pour glorifier et mettre en lumière le corps des femmes plutôt que de le recouvrir), son personnage féminin central refuse de renoncer à ses idéaux de liberté, et refuse de fuir sa terre natale qu’elle aime, rêvant toujours d’un monde meilleur.
Un hymne à la jeunesse et à la liberté, puissant et porteur d’espoir, un film féministe, politique et nécessaire.

papicha 30 10