Ciné 220 - Brétigny-sur-Orge

Douleur et gloire

Une série de retrouvailles après plusieurs décennies, certaines en chair et en os, d’autres par le souvenir, dans la vie d’un réalisateur en souffrance. Premières amours, les suivantes, la mère, la mort, des acteurs avec qui il a travaillé, les années 60, les années 80 et le présent. L’impossibilité de séparer création et vie privée. Et le vide, l’insondable vide face à l’incapacité de continuer à tourner.
De Pedro Almodóvar, avec Antonio Banderas, Asier Etxeandia, Penélope Cruz…
Espagne – Drame – 1h53 - 2019 – VOSTF
Compétition officielle, Festival de Cannes 2019
Pour sa 21ème réalisation, Pedro Almodovar signe une histoire de renaissance personnelle et artistique aux accents de grand mélodrame et retrouve l’inspiration de ses meilleurs films (Parle avec elle, Tout sur ma mère…).
Cette nouvelle oeuvre entremêle avec intelligence et sensibilité la fiction et des résonances autobiographiques. Son film aux accents introspectifs mélange passé et présent et fait ressurgir les souvenirs de ses premières amours et d’une enfance malheureuse évoquée avec une infinie délicatesse. Cultivant toujours son univers visuel et esthétique si singulier et haut en couleur, le cinéaste espagnol se dévoile, mais avec pudeur, en délaissant son exubérance ou son humour débridé et parfois outrancier, pour teinter ce récit de sensibilité, de mélancolie et d’émotion et retrouve ses comédiens fidèles Penélope Cruz et Antonio Banderas (double à l’écran du réalisateur). Il livre aussi une peinture sans concession de l’univers de la création qui questionne le cinéma, les difficultés et les chimères.
Empruntant le sillon du grand maitre Fellini avec son Huit et demi, Almodovar livre une oeuvre mémorielle nostalgique et lyrique qui explore la confusion entre le mensonge et la réalité, le rapport libérateur et étouffant au souvenir, ou encore la difficulté – voire l’impossibilité - de séparer création et vie privée.
Le grand retour d’Almodovar : une belle déclaration d’amour au cinéma aux accents de grand mélodrame intime et de fresque familiale et sentimentale.

douleur et gloire 19 6