Ciné 220 - Brétigny-sur-Orge

Cycle Scénario : Portrait de la jeune fille en feu

Cycle  Scénario - Mercredi 2 octobre 2019 à partir de 19h 
Avant-scène/conférence suivie de la projection du film PORTRAIT D'UNE JEUNE FILLE EN FEU accompagné d’un DEBAT
Les secrets et les sentiments : le cinéma de Céline Sciamma
En quatre films, de Naissance des pieuvres (2007) au Portrait de la jeune fille en feu (2019), Céline Sciamma a construit une œuvre d'une grande cohérence qui sort des sentiers battus. Ces personnages - jeunes femmes, adolescentes, pré-adolescentes - renouvèlent une vision, au cinéma trop souvent masculine, de l'émancipation féminine. Les récits sont extrêmement précis, les dialogues sont tranchants, les acteurs tenus, les plans secs. Mais derrière cette apparente froideur, la cinéaste délivre le portrait de personnages qui brûlent.
L'avant-scène proposera une analyse d'extraits pour mieux appréhender cette œuvre.

 

PORTRAIT DE LA JEUNE FILLE EN FEU

1770. Marianne est peintre et doit réaliser le portrait de mariage d’Héloïse, une jeune femme qui vient de quitter le couvent. Héloïse résiste à son destin d’épouse en refusant de poser. Marianne va devoir la peindre en secret. Introduite auprès d’elle en tant que dame de compagnie, elle la regarde.
De Céline Sciamma, avec Noémie Merlant, Adèle Haenel, Luàna Bajrami…
France – Drame – 2h – 2019
Prix du scénario, Festival de Cannes 2019
Céline Sciamma (Naissances des Pieuvres, Bande de filles, Tomboy) brosse ici avec sensibilité les portraits de deux magnifiques héroïnes sur lesquelles elle porte un regard d’une belle acuité (le film interroge beaucoup le regard, un thème central du film), tout en livrant une réflexion éclairée sur l’art, la création et le statut de la femme. Ce bel éloge de la liberté, couplé d’un hymne à l’émancipation (personnelle et artistique) des femmes face aux règles et aux conventions, dépeint avec sensualité et incandescence la naissance du désir et la belle relation entre le modèle et son peintre.
Au-delà de ses qualités d’écriture, cette histoire qui prend pour décor une île bretonne battue par les vents (ajoutant à ces amours interdites une atmosphère de clandestinité et de mystère parcourue d’un certain suspense) renoue avec les grands thèmes qui sont chers à Céline Sciamma. Elle filme l’intime avec une belle élégance de mise en scène, met en place un passionnant jeu de miroirs et réussit aussi à mélanger classicisme, romantisme et modernité.
La cinéaste retrouve Adèle Haenel qu’elle avait déjà révélée et dirigée dans son premier long métrage, entourée ici de l’actrice italienne Valeria Golino et de la jeune et formidable Noémie Merlant (Les héritiers).
Art, sentiment et désir dans une histoire passionnelle et bouleversante au féminin.


portrait d une jeune fille en feu 2 10