Ciné 220 - Brétigny-sur-Orge

ADN

Neige, divorcée et mère de trois enfants, rend régulièrement visite à Émir, son grand-père algérien qui vit désormais en maison de retraite. Elle adore et admire ce pilier de la famille, qui l’a élevée et surtout protégée de la toxicité de ses parents. Les rapports entre les nombreux membres de la famille sont compliqués et les rancœurs nombreuses... Heureusement Neige peut compter sur le soutien et l’humour de François, son ex. La mort du grand-père va déclencher une tempête familiale et une profonde crise identitaire chez Neige. Dès lors elle va vouloir comprendre et connaître son ADN.
De Maïwenn avec Louis Garrel, Fanny Ardant, Marine Vacth
France – Drame – 1h30 – 2020
Chaque personnage, crûment brossé, sans concession, y joue une ligne de partition indispensable. Tous les acteurs, en commençant par Fanny Ardant, Louis Garrel… sont excellents. Magnifiquement mis en valeur séparément, ils jouent ensemble un accord parfait. Si Maïwenn, magistrale dans le rôle de Neige, est de bien des plans, elle n’est pas son sujet principal, elle n’est que le vecteur d’une réflexion profonde sur ce qui nous lie à nos racines, sur nos filiations. Elle nous parle des empreintes que la génétique nous laisse, de celles qu’on transmettra. De ce qui nous attache aux êtres, des traces qu’on choisit de garder, de celles qu’on choisit d’abandonner et des indélébiles, celles qu’on n’arrive pas à effacer. Ce qui paraissait une fin de chapitre n’est que le début d’une quête intense, troublante, truffée de contrepoints comiques qui agissent comme de véritables respirations.
Et peut-être qu’au bout de compte, l’essentiel n’est pas le pourcentage de tel ou tel ADN qui se glisse dans nos veines, mais bien ce qu’on en fait, comment on le rêve. Sans doute nos racines les plus légitimes sont celles que l’on conquiert, celles pour lesquelles ont s’est battu. Comme le sont pour les migrants les terres promises pour lesquelles ils ont tout abandonné, risqué leur vie. Se profile dès lors en filigrane une magnifique fable contre l’intolérance, le racisme.