Ciné 220 - Brétigny-sur-Orge

Deux fils

Joseph et ses deux fils, Joachim et Ivan, formaient une famille très soudée. Mais Ivan, le plus jeune, collégien hors norme en pleine crise mystique, est en colère contre ses deux modèles qu’il voit s’effondrer. Car son grand frère Joachim ressasse inlassablement sa dernière rupture amoureuse, au prix de mettre en péril ses études de psychiatrie. Et son père a décidé de troquer sa carrière réussie de médecin pour celle d’écrivain raté. Pourtant, ces trois hommes ne cessent de veiller les uns sur les autres et de rechercher, non sans une certaine maladresse, de l’amour…
De Félix Moati, avec Vincent Lacoste, Benoît Poelvoorde, Anaïs Demoustier...
France – Comédie dramatique – 1h30 – 2019
Pour son premier long métrage comme réalisateur et scénariste, le comédien Félix Moati (Simon et Théodore, Gaspard va au mariage, Le grand bain… ) signe une histoire de famille dysfonctionnelle au masculin, tendre et joyeusement triste. En brossant le portrait de ces trois hommes à trois âge de leur vie, veillant les uns sur les autres, le réalisateur dessine avec délicatesse et pudeur leur solitude et leur quête d’amour, ou de réconciliation avec le monde.
Développant le prolongement de son précédent court métrage, Moati retrouve et offre à son ami Vincent Lacoste (Hippocrate, Amanda…) le rôle du grand frère en prise avec ses déceptions et désarrois amoureux, face à Benoît Poelvoorde en père dépressif et déboussolé cultivant le rêve de la grandeur littéraire, et au tout jeune et épatant Matthieu Capella, le fils cadet qui, malgré son jeune âge, semble porter sa famille. Campé par ses formidables comédiens (sans oublier la pétillante Anaïs Desmoustier), chaque personnage souffre de ses propres névroses et traverse une crise existentielle, notamment l’absence de figure maternelle, l’occasion de situations parfois tragiques ou drolatiques, imprimant au film une tonalité toute particulière.
Ainsi, entre gravité et légèreté, cette histoire aux accents personnels raconte la difficulté de trouver sa voie et de surmonter ses blessures et ses échecs, tout en évoquant les liens fraternels, le délicat passage à l’âge adulte mais aussi l’inéluctable moment de bascule pour un fils de se retrouver à prendre soin de son père. Ne sombrant jamais dans la noirceur, cette histoire profondément humaine et à hauteur d’hommes touche au cœur par son émotion tenue, tout en réservant des scènes de comédie.
Entre drame et comédie, un touchant portrait de famille doux-amer illuminé par ses interprètes.

deux fils 27 2