Ciné 220 - Brétigny-sur-Orge

Vice

Fin connaisseur des arcanes de la politique américaine, Dick Cheney a réussi, sans faire de bruit, à se faire élire vice-président aux côtés de George W. Bush. Devenu l'homme le plus puissant du pays, il a largement contribué à imposer un nouvel ordre mondial dont on sent encore les conséquences aujourd'hui…
De Adam McKay, avec Christian Bale, Amy Adams, Steve Carell…
USA – Biopic – 2h12 – 2019 – VOSTF
« Vice » a un double sens chez nos amis américains. C’est à la fois le diminutif de « Vice President » l’équivalent de notre Premier Ministre, qui aux U.S.A est une fonction plus symbolique, mais c’est aussi le vice comme en français, ce mot qui désigne quelque chose liée au mal, que la société ou une institution réprouvent. L'ironie de ce titre suffit à servir de note d’intention pour donner le ton de la nouvelle comédie grinçante d’Adam McKay.
Après avoir mis à jour les mécanismes et les hommes responsables de la crise bancaire de 2018 avec The Big Short, il s’attaque cette fois-ci, sous la forme d’un biopic, à la figure de Dick Cheney, vice-président de George W. Bush, le décrivant comme l’homme de l’ombre qui a dirigé les Etats-Unis (et le Monde en partie ?) selon sa volonté et surtout ses intérêts personnels et financiers. On découvre alors encore le portrait au vitriol d’un pays dont la politique est totalement contrôlée par des puissances économiques privées dont le profit personnel est la seule raison d’être, se cachant derrière des politiciens comme des marionnettes de guignol que l’on agite devant les caméras et le peuple. Pour camper cette figure maléfique terriblement humaine, le réalisateur retrouve Christian Bale, dont la transformation physique toujours plus impressionnante ne surpasse pas la composition complexe.
Une comédie acerbe sur l’un des hommes les plus puissants des Etats-Unis et les arcanes de la politique.

vice 13 3