Ciné 220 - Brétigny-sur-Orge

Les Plus belles années d'une vie

Ils se sont connus voilà bien longtemps. Un homme et une femme, dont l’histoire d’amour fulgurante, inattendue, saisie dans une parenthèse devenue mythique, aura révolutionné notre façon de voir l’amour.
Aujourd’hui, l’ancien pilote de course se perd un peu sur les chemins de sa mémoire. Pour l’aider, son fils va retrouver celle que son père n’a pas su garder mais qu’il évoque sans cesse. Anne va revoir Jean-Louis et reprendre leur histoire où ils l’avaient laissée…
De Claude Lelouch, avec Jean-Louis Trintignant, Anouk Aimée, Marianne Denicourt…
France – Comédie dramatique – 1h30 – 2019
Hors compétition, Festival de Cannes 2019
Sous titrage malentendant (sur demande à la caisse du cinéma)

Malgré les années et le temps qui passe, le film de Claude Lelouch Un homme et une femme (Palme d’or en 1966, dont on redécouvre ici pour notre plus grand plaisir des images devenues légendaires) demeure dans notre mémoire collective de spectateurs. En réalisant cet épilogue, plus de cinquante années après le premier opus, Lelouch réunit par la magie de son cinéma et pour la troisième fois le couple Anouk Aimée/Jean-Louis Trintignant et reprend leur légendaire histoire d’amour là où ils l’avaient laissée. Du temps qui passe et des stigmates qui marquent les visages il est bien sûr question à travers cette nouvelle variation sur l’amour, la grande question qui hante l’œuvre prolifique du cinéaste.
Si le film se teinte souvent d’une douce mélancolie (avec une réflexion bouleversante sur la vieillesse que Lelouch filme magnifiquement et avec un profond respect), laissant poindre une belle émotion, il est aussi ponctué de parenthèses plus légères en réservant des scènes parcourus d’humour.
Le film oscille ainsi entre légèreté et gravité, rêve et réalité, quête d’une mémoire en fuite, souvenirs d’un amour perdu, élan de liberté retrouvé, dans une ronde des sentiments amoureux et familiaux comme Lelouch les affectionne tant. Il confirme une nouvelle fois son amour du cinéma, des voitures (avec une séquence de son célèbre court métrage d’une traversée vrombissante de Paris au volant), de sa Normandie, des heureux hasards et coïncidences de la vie et des comédiens, à qui il offre une touchante déclaration d’amour. Autant de motifs avec lesquels le cinéaste renoue, tout en réussissant à faire revivre devant nos yeux cette belle histoire d’amour de deux anciennes solitudes blessées et de leurs retrouvailles magnifiées devant sa caméra.
Lelouch de retour à Cannes avec cette échappée belle nostalgique et romanesque, comme une délicieuse madeleine de Proust pour faire battre les coeurs… Dabadabada…

les plus belles annees 12 6 2