Ciné 220 - Brétigny-sur-Orge

Toy Story 4

Woody a toujours privilégié la joie et le bien-être de ses jeunes propriétaires – Andy puis Bonnie – et de ses compagnons, n’hésitant pas à prendre tous les risques pour eux, aussi inconsidérés soient-ils. L’arrivée de Forky un nouveau jouet qui ne veut pas en être un dans la chambre de Bonnie met toute la petite bande en émoi. C’est le début d’une grande aventure et d’un extraordinaire voyage pour Woody et ses amis. Le cowboy va découvrir à quel point le monde peut être vaste pour un jouet…
De Josh Cooley
USA – Animation – 1h29 – 2019 – VF
Dès 6/7 ans
Sous titrage malentendant (sur demande à la caisse du cinéma) sur la semaine du 3 juillet
Avec le départ du jeune Andy vers l’Université dans le troisième volet, on croyait la trilogie terminée, et pourtant ! Les studios Pixar ont décidé de prolonger l’aventure et d’ouvrir un nouveau chapitre dans la vie des jouets. Si l’on ne sait pas encore ce que nous réservent ces nouvelles péripéties, on peut être sûr qu’elles seront toujours menées par les infatigables Woody le cow-boy et son ami Buzz l’Éclair !

toy story4 3 7 2 

 

Lire la suite

Toy Story 4

Woody a toujours privilégié la joie et le bien-être de ses jeunes propriétaires – Andy puis Bonnie – et de ses compagnons, n’hésitant pas à prendre tous les risques pour eux, aussi inconsidérés soient-ils. L’arrivée de Forky un nouveau jouet qui ne veut pas en être un dans la chambre de Bonnie met toute la petite bande en émoi. C’est le début d’une grande aventure et d’un extraordinaire voyage pour Woody et ses amis. Le cowboy va découvrir à quel point le monde peut être vaste pour un jouet…
De Josh Cooley
USA – Animation – 1h29 – 2019 – VF
Dès 6/7 ans
Sous titrage malentendant (sur demande à la caisse du cinéma) sur la semaine du 3 juillet
Avec le départ du jeune Andy vers l’Université dans le troisième volet, on croyait la trilogie terminée, et pourtant ! Les studios Pixar ont décidé de prolonger l’aventure et d’ouvrir un nouveau chapitre dans la vie des jouets. Si l’on ne sait pas encore ce que nous réservent ces nouvelles péripéties, on peut être sûr qu’elles seront toujours menées par les infatigables Woody le cow-boy et son ami Buzz l’Éclair !

toy story4 26 6 2

toy story4 3 7 

 

 

 

Lire la suite

Douleur et gloire

Une série de retrouvailles après plusieurs décennies, certaines en chair et en os, d’autres par le souvenir, dans la vie d’un réalisateur en souffrance. Premières amours, les suivantes, la mère, la mort, des acteurs avec qui il a travaillé, les années 60, les années 80 et le présent. L’impossibilité de séparer création et vie privée. Et le vide, l’insondable vide face à l’incapacité de continuer à tourner.
De Pedro Almodóvar, avec Antonio Banderas, Asier Etxeandia, Penélope Cruz…
Espagne – Drame – 1h53 - 2019 – VOSTF
Compétition officielle, Festival de Cannes 2019
Pour sa 21ème réalisation, Pedro Almodovar signe une histoire de renaissance personnelle et artistique aux accents de grand mélodrame et retrouve l’inspiration de ses meilleurs films (Parle avec elle, Tout sur ma mère…).
Cette nouvelle oeuvre entremêle avec intelligence et sensibilité la fiction et des résonances autobiographiques. Son film aux accents introspectifs mélange passé et présent et fait ressurgir les souvenirs de ses premières amours et d’une enfance malheureuse évoquée avec une infinie délicatesse. Cultivant toujours son univers visuel et esthétique si singulier et haut en couleur, le cinéaste espagnol se dévoile, mais avec pudeur, en délaissant son exubérance ou son humour débridé et parfois outrancier, pour teinter ce récit de sensibilité, de mélancolie et d’émotion et retrouve ses comédiens fidèles Penélope Cruz et Antonio Banderas (double à l’écran du réalisateur). Il livre aussi une peinture sans concession de l’univers de la création qui questionne le cinéma, les difficultés et les chimères.
Empruntant le sillon du grand maitre Fellini avec son Huit et demi, Almodovar livre une oeuvre mémorielle nostalgique et lyrique qui explore la confusion entre le mensonge et la réalité, le rapport libérateur et étouffant au souvenir, ou encore la difficulté – voire l’impossibilité - de séparer création et vie privée.
Le grand retour d’Almodovar : une belle déclaration d’amour au cinéma aux accents de grand mélodrame intime et de fresque familiale et sentimentale.

douleur et gloire 19 6 

 

 

Lire la suite

Douleur et gloire

Une série de retrouvailles après plusieurs décennies, certaines en chair et en os, d’autres par le souvenir, dans la vie d’un réalisateur en souffrance. Premières amours, les suivantes, la mère, la mort, des acteurs avec qui il a travaillé, les années 60, les années 80 et le présent. L’impossibilité de séparer création et vie privée. Et le vide, l’insondable vide face à l’incapacité de continuer à tourner.
De Pedro Almodóvar, avec Antonio Banderas, Asier Etxeandia, Penélope Cruz…
Espagne – Drame – 1h53 - 2019 – VOSTF/VF
Compétition officielle, Festival de Cannes 2019
Pour sa 21ème réalisation, Pedro Almodovar signe une histoire de renaissance personnelle et artistique aux accents de grand mélodrame et retrouve l’inspiration de ses meilleurs films (Parle avec elle, Tout sur ma mère…).
Cette nouvelle oeuvre entremêle avec intelligence et sensibilité la fiction et des résonances autobiographiques. Son film aux accents introspectifs mélange passé et présent et fait ressurgir les souvenirs de ses premières amours et d’une enfance malheureuse évoquée avec une infinie délicatesse. Cultivant toujours son univers visuel et esthétique si singulier et haut en couleur, le cinéaste espagnol se dévoile, mais avec pudeur, en délaissant son exubérance ou son humour débridé et parfois outrancier, pour teinter ce récit de sensibilité, de mélancolie et d’émotion et retrouve ses comédiens fidèles Penélope Cruz et Antonio Banderas (double à l’écran du réalisateur). Il livre aussi une peinture sans concession de l’univers de la création qui questionne le cinéma, les difficultés et les chimères.
Empruntant le sillon du grand maitre Fellini avec son Huit et demi, Almodovar livre une oeuvre mémorielle nostalgique et lyrique qui explore la confusion entre le mensonge et la réalité, le rapport libérateur et étouffant au souvenir, ou encore la difficulté – voire l’impossibilité - de séparer création et vie privée.
Le grand retour d’Almodovar : une belle déclaration d’amour au cinéma aux accents de grand mélodrame intime et de fresque familiale et sentimentale.

douleur et gloire 29 5

douleur et gloire 19 6 

 

Lire la suite

Nous finirons ensemble

Préoccupé, Max est parti dans sa maison au bord de la mer pour se ressourcer. Sa bande de potes, qu’il n’a pas vue depuis plus de 3 ans débarque par surprise pour lui fêter son anniversaire ! La surprise est entière mais l’accueil l’est beaucoup moins...
Max s’enfonce alors dans une comédie du bonheur qui sonne faux, et qui mettra le groupe dans des situations pour le moins inattendues. Les enfants ont grandi, d’autres sont nés, les parents n’ont plus les mêmes priorités... Les séparations, les accidents de la vie... Quand tous décident de ne plus mettre de petits mouchoirs sur les gros bobards, que reste-t-il de l’amitié ?
De Guillaume Canet, avec François Cluzet, Marion Cotillard, Gilles Lellouche…
France – Comédie dramatique – 2h15 – 2019
Presque 10 ans après le succès de Les petits mouchoirs, Guillaume Cannet retrouve sa troupe d’acteurs et d’amis pour explorer encore la complexité des liens amicaux. Sur un canevas similaire au premier film, des retrouvailles entre une bande de copains dans une maison au bord de la mer, Canet met cette fois-ci l’amitié des personnages à l’épreuve du temps et de l’éloignement.
On retrouve toute la distribution originale du premier volet, avec François Cluzet en meneur de troupe toujours en crise, chacun d’entre eux creusant son rôle dans ce kaléidoscope de personnages qui ne vont cesser d’entrer en conflit tout au long du film. À cela s’ajoute quelques petits nouveaux qui amèneront du sang neuf, à l’image de José Garcia. Canet confirme qu’il est un cinéaste de la sensibilité.
Sa mise en scène se déploie à fleur de peau, à l’image de ses personnages, captant avec bienveillance et empathie les tracas sentimentaux de chacun, dans une vibrante déclaration d’amour à ses acteurs.
La bande des petits mouchoirs se retrouve pour un film sur l’amitié et le temps qui passe.

nous finirons ensemble 15 5

 

 

Lire la suite