Ciné 220 - Brétigny-sur-Orge

Amanda

Paris, de nos jours. David, 24 ans, vit au présent. Il jongle entre différents petits boulots et recule, pour un temps encore, l’heure des choix plus engageants. Le cours tranquille des choses vole en éclats quand sa sœur aînée meurt brutalement. Il se retrouve alors en charge de sa nièce de 7 ans, Amanda.
De Mikhaël Hers avec Vincent Lacoste, Isaure Multrier…
France – Drame – 1h47 – 2018
Sous titrage malentendant (sur demande à la caisse du cinéma)
Le réalisateur Mikhaël Hers (Ce sentiment de l’été) confirme ses grandes qualités d’auteur et de cinéaste des sentiments. Avec une grande intelligence de la dramaturgie, il tisse d’abord le récit ordinaire et joyeux d’une famille avant d’opérer une rupture dramatique et nous confronter à une tragédie à la fois intime et collective.
Sur ce sujet délicat du deuil, il signe un film lumineux aux accents de tragédie, mais qui ne sombre jamais dans le pathos, et réussit avec délicatesse et retenue à filmer comment se reconstruisent ces vies détruites par un traumatisme dans un bouleversant récit sur l’abscence. Dans le rôle de cet oncle, parent de substitution malgré lui, on retrouve Vincent Lacoste, remarquable dans ce premier grand rôle dramatique. Il forme avec la toute jeune Amanda du titre, incroyable mélange de maturité et d’enfance (on peut penser à la direction d’acteur de Doillon et à l’interprétation bluffante de ses jeunes interprètes) un duo à la fois poétique, drôle et touchant.
Une magnifique et lumineuse tragédie familiale contemporaine, sensible et bouleversante mais tournée vers la vie.

amanda 26 12