Ciné 220 - Brétigny-sur-Orge

Atlantique

Dans une banlieue populaire de Dakar, les ouvriers d’un chantier, sans salaire depuis des mois, décident de quitter le pays par l’océan pour un avenir meilleur. Parmi eux se trouve Souleiman, qui laisse derrière lui celle qu'il aime, Ada, promise à un autre homme. Quelques jours après le départ en mer des garçons, un incendie dévaste la fête de mariage d’Ada et de mystérieuses fièvres s'emparent des filles du quartier. Issa, jeune policier, débute une enquête, loin de se douter que les esprits des noyés sont revenus. Si certains viennent réclamer vengeance, Souleiman, lui, est revenu faire ses adieux à Ada.
De Mati Diop, avec Mama Sané, Amadou Mbow, Ibrahima Traore…
France, Sénégal – Drame – 1h45 – 2019
Grand Prix - Festival de Cannes 2019
Jeune réalisatrice dont les courts métrages ont été remarqués en Festivals, Mati Diop a triomphé à Cannes cette année, où elle a failli repartir avec la Palme d’Or, et a confirmé son statut d’auteure à suivre. Avec son premier long métrage, elle signe le portrait plein de justesse et de poésie d’une jeunesse sénégalaise qui rêve de traverser l’océan, pour échapper au déterminisme de leurs destins, à travers le regard et le ressenti de celles et ceux qui restent, notamment les femmes, témoins impuissantes face au tombeau de leurs amants qui s’étend à perte de vue.
Tout en ancrant son récit dans une approche naturaliste, nous restituant avec acuité et lyrisme le quotidien de son héroïne, entre insouciance et flânerie d’adolescente face à l’obligation de la tradition (notamment un mariage arrangé) et la réalité de la vie sociale à Dakar, la réalisatrice déploie une aura fantastique que l’on n’attendait pas et qui vient bouleverser la puissance émotionnelle du film et les coeurs des spectateurs. Le film se transforme alors en fable spirituelle élégiaque, où les esprits reviennent pour demander réparation ou dire adieu aux être aimés, figurant le déchirement de la réalisatrice face à cette jeunesse sacrifiée.
Entre naturalisme et surnaturel, le portrait puissant et déchirant d’une jeunesse en quête de liberté et d’émancipation face à la mort qui rôde dans l’obscurité de l’océan.

atlantique 23 10