Ciné 220 - Brétigny-sur-Orge

Sorry We Missed You

Ricky, Abby et leurs deux enfants vivent à Newcastle. Leur famille est soudée et les parents travaillent dur. Alors qu’Abby travaille avec dévouement pour des personnes âgées à domicile, Ricky enchaîne les jobs mal payés ; ils réalisent que jamais ils ne pourront devenir indépendants ni propriétaires de leur maison. C’est maintenant ou jamais ! Une réelle opportunité semble leur être offerte par la révolution numérique : Abby vend alors sa voiture pour que Ricky puisse acheter une camionnette afin de devenir chauffeur-livreur à son compte. Mais les dérives de ce nouveau monde moderne auront des répercussions majeures sur toute la famille…
De Ken Loach, avec Kris Hitchen, Debbie Honeywood, Rhys Stone…
Grande-Bretagne – Drame – 1h40 – 2019 – VOSTF
A 82 ans, Ken Loach (Palme d’Or pour Le vent se lève et Moi, Daniel Blake), toujours en lutte du côté des travailleurs, s’attaque aux ravages de l’ubérisation de la société et ses répercussions sur une famille.
Si le récit débute par un moment à priori positif, un nouvel emploi et la promesse d’une certaine liberté, le cinéaste britannique (aidé par son fidèle scénariste Paul Laverty) le décrit comme le début d’un cercle vicieux destructeur. Il réussit à parfaitement dessiner les mirages d’un nouveau libéralisme qui, sous couvert d’un semblant de liberté, ne fait que renforcer la précarité des travailleurs, complices de leur propre asservissement.
Fidèle à son cinéma humaniste, Ken Loach signe aussi une chronique familiale bouleversante avec la justesse dont il a toujours fait preuve en filmant avec une poésie désespérée cette famille heureuse qui menace d’exploser. À partir de situations d’un réalisme percutant et grâce à une distribution convaincante (dont des non-professionnels, à l’image du personnage principal, ancien plombier), il orchestre un vrai suspense et instaure une tension qui renforcent son propos destiné à briser la résignation.
Une œuvre poignante et engagée sur l’injustice et la destruction des rapports humains.

sorry we missed you 6 11