Ciné 220 - Brétigny-sur-Orge

It Must Be Heaven

ES fuit la Palestine à la recherche d'une nouvelle terre d'accueil, avant de réaliser que son pays d'origine le suit toujours comme une ombre. La promesse d'une vie nouvelle se transforme vite en comédie de l'absurde. Aussi loin qu'il voyage, de Paris à New York, quelque chose lui rappelle sa patrie.
Un conte burlesque explorant l'identité, la nationalité et l'appartenance, dans lequel Elia Suleiman pose une question fondamentale : où peut-on se sentir " chez soi " ?
De Elia Suleiman, avec Elia Suleiman, Gael García Bernal, Tarik Kopty…
France – Comédie – 1h42 – 2019
Dix ans après Le temps qui reste, le pince-sans-rire palestinien Elia Suleiman (Prix du Jury pour Intervention Divine) signe un conte introspectif et une quête identitaire dont il tient le rôle principal. Avec acuité et humour, ce double Suleiman, aux faux airs d’un Buster Keaton, clown quasi mutique, tel un témoin éberlué des folies, de l’absurdité et des vilénies du monde contemporain, s’interroge sur l’identité palestinienne aujourd’hui.
Dans ce film à l’humour décalé (proche de Tati ou d’Iosseliani), le réalisateur cultive une singularité à la fois absurde et tragique.
Plutôt que de se focaliser sur une vision d’ensemble traditionnellement véhiculée par les médias, faite de généralisations, Suleiman réussit comme nul autre à s’immiscer dans l’intimité d’histoires humaines et personnelles qui réussissent à poser question et susciter l’espoir.
Une tragédie burlesque palestinienne et une fable cocasse et poétique d’une terrible acuité politique.

it must be heaven 25 12